Hugues Aufray chantait : « pour faire un Homme, mon Dieu que c’est long ».

Cette chanson devrait être une rengaine permanente du responsable RH ou du chef d’entreprise.

Nous avançons dans un monde ou tout est immédiat, instantané.

Un monde où l’échec doit être réparé par une sanction exemplaire qui permettra d’entretenir un climat de crainte.

Un monde où la fragilité est écrasée par l’exigence de la performance.

Une bonne gestion humaine est impossible sans intégrer la patience et la force du temps. Pas pour se prélasser ni s’engourdir, mais tout simplement pour se donner le temps de travailler la terre convenablement, de laisser germer les pousses, et de voir apparaître les fruits qu’on peut enfin récolter.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *